Apprendre la musique ? De nombreux bénéfices !

Apprendre la musique ? De nombreux bénéfices !

La musique augmente les capacités du cerveau et sa plasticité

Jouer de la musique fait intervenir beaucoup de zones du cerveau, qui doit, de plus, apprendre à traiter de nombreuses informations, en même temps : analyser des notes et des rythmes, écouter des sons, ressentir son corps et la musicalité d’une phrase, donner un sens au texte musical, exprimer ses émotions, coordonner ses gestes etc. Ces compétences à acquérir pour jouer génèrent de nouvelles connexions neuronales, qui sont bénéfiques dans de nombreux domaines et à tout âge : meilleur apprentissage des matières à l’école pour les enfants, entretien et développement des différentes mémoires pour tous, coordination des mouvements (dans le sport, dans les activités nécessitant une motricité fine), développement de la sociabilisation (des études montrent davantage de capacités d’empathie chez les élèves qui ont fait de la chorale), amélioration des capacités de récupération dans le cas d’accidents cérébraux etc.

Pour en savoir plus, nous vous invitons à lire « Le cerveau mélomane » d’Emmanuel Bigand.

La musique améliore les apprentissages

La musique est une activité qui demande une pratique régulière, précise, un nombre important de fois. Par conséquent, apprendre à faire de la musique, apprend le sens de l’effort et à se concentrer sur un objectif. Il y a une rigueur à acquérir et à maintenir sur le long terme afin d’arriver à un certain résultat. La musique est ainsi une excellente activité pour les enfants qui ont des facilités à l’école et qui n’ont pas l’habitude de travailler et de s’organiser pour apprendre : il est extrêmement rare de ne pas devoir pratiquer son instrument, même les génies travaillent beaucoup pour acquérir les compétences qui leur permettront de se surpasser. Et les nombreuses connexions créées dans le cerveau en travaillant la musique sont « réutilisables » pour les autres apprentissages.

La musique apprend ainsi à se dépasser et à accepter les erreurs, à les intégrer à l’apprentissage. C’est grâce à la répétition et à l’écoute que l’on arrive à transcender une difficulté : on analyse, on se trompe, on cherche à s’améliorer, on trouve une autre façon de faire, on reprend etc. : la faculté d’apprendre est ainsi décuplée et permet d’aller plus loin.

Dans notre actuelle société, souvent, tout doit être immédiat. Jouer de la musique nous apprend la patience, l’humilité, le dépassement de soi-même et la fierté qui en découle nécessairement.

La musique nous rend créatifs

Pratiquer la musique développe notre créativité ; ou plutôt nos créativités …

Il y a d’abord la créativité intrinsèque à la musique : comment, à partir d’un son, créer une note, via un instrument et son propre corps? Et, fait intéressant, ce son est différent selon chaque personne : chaque instrumentiste a sa »marque sonore » reconnaissable entre toutes : c’est la façon dont il entend son son, dont il touche son instrument, qui va créer sa singularité. Faites jouer une personne sur votre flûte : vous entendrez qu’elle ne sonne pas de la même façon !

Il y a aussi la créativité de l‘improvisation : beaucoup de musiciens choisissent de s’émanciper de la partition pour improviser et créer leur propre mélodie. C’est la créativité dans l’instant.

Il y a bien sûr la créativité de l’interprétation : à partir d’un code écrit (les notes, les nuances, les tempi), renvoyant au monde d’un compositeur, le musicien interprète et superpose son propre monde : il fait appel à ses propres ressources, à son imaginaire. Imaginons par exemple un musicien jouant un morceau qui lui évoque un paysage de campagne. C’est avec SA sensibilité qu’il va l’interpréter : nous avons tous une représentation différente d’un paysage de campagne … Quelle richesse donc qu’une musique qui  » n’est, chaque fois, ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre … » (on la pique à Verlaine celle-la).

Cette faculté « créative » est un « plus » dans la vie de tous les jours et elle est considérée attentivement quand elle apparaît dans un CV car elle reflète différentes qualités : curiosité, volonté de développement personnel, capacité à se dépasser etc.

La musique nous fait « plaisir »

Au-delà des efforts nécessaire pour acquérir une maîtrise minimale des codes et de la technique, la musique est intensément liée au plaisir. Plaisir de l’oreille, plaisir d’exprimer des émotions, plaisir de voyager dans l’espace (musiques du monde entier), dans le temps (musique de toutes époques).

Mais c’est aussi le plaisir infini de la découverte, d’univers spécifiques à découvrir, avec leurs codes, leur langage, leur culture.

C’est aussi le plaisir de l’évasion : rejouer les mélodies de son enfance, jouer les tubes de la radio, découvrir un style « exotique », …

La musique, comme toute activité artistique, a cette faculté de repousser les limites du réel et de nous emmener dans un autre monde.

La musique nous ancre dans la vie

Cette diversité et ce renouvellement perpétuel apportés par la musique nous transportent et nous « passionnent ». De plus, en « interprétant » on donne un sens à notre vision du monde : on assume des choix « artistiques », qui reflètent notre personnalité.

Les musicothérapeutes ont eux de très bons résultats avec divers publics, grâce aux hormones stimulantes ou apaisantes qui sont produites quand on écoute ou on joue de la musique : prématurés, autismes, personnes souffrant d’Alzheimer etc.

Nous vivons actuellement des temps préoccupants. Plus que jamais la musique permet de se changer les idées, de prendre soin de soi, d’améliorer sa santé de mentale et de maintenir l’envie de vivre.

Mais tout cela, n’est-ce pas aussi pour rencontrer les autres?

La pratique de la musique comporte deux facettes qui peuvent sembler contradictoires mais qui sont en fait complémentaires … Les longues heures passées à s’entraîner seul avec son instrument ont pour but la rencontre avec d’autres, après !

Jouer d’un instrument appelle au partage quel qu’il soit, avec d’autres instrumentistes et/ou avec le public. Que ce soit le pianiste qui joue seul mais partage sa musique avec un public, ou le compositeur qui crée un morceau et le partage avec un orchestre, puis un public, la musique c’est … »créer » ensemble. Ce n’est pas le nombre de personnes impliquées qui importe (c’est vrai qu’un morceau écrit pour grand ensemble fait entendre plus de « thèmes »), mais, de façon plus générale, c’est le rapport à l’Autre : le don que l’on fait, le retour que l’on a, la diversité rendue possible.

La plupart des musiciens aiment se réunir, jouer en groupe et, souvent, les liens s’approfondissent, cela tourne à l’aventure humaine : en jouant ensemble, on est porté par le groupe, encouragé à donner le meilleur de soi-même. Entre musiciens, on joue pendant les vacances (au lieu de se reposer), on va au restaurant après le concert, on se soutient mutuellement dans les péripéties professionnelles. La musique devient alors un « lieu » en tant que tel, permettant de vivre ensemble un moment fort, artistique et humain. C’est une véritable école de vie.

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libres de le partager ;-)
Back to Top