Partita de Bach : 5 interprétations à écouter

Partita de Bach : 5 interprétations à écouter

Dans cet article, nous vous parlons d’une pièce incontournable du répertoire de la flûte traversière, une pièce que nous trouvons « magique » par sa beauté : la Partita de Jean-Sébastien Bach. Comme elle requiert un niveau technique avancé, il est difficile de l’aborder avant plusieurs années, mais que cela ne vous empêche pas de l’écouter et de l’apprécier ! Ce peut même être une bonne source de motivation…

La Partita en la mineur BWV 1013 est la seule œuvre pour flûte traversière que Jean-Sébastien Bach ait écrit sans accompagnement. Elle a été composée entre 1722 et 1723 et éditée en 1917 d’après un manuscrit du 18ème siècle, Solo pour une flûte traversière.

Comme le manuscrit a été retrouvé sans signature il y a eu quelques doutes sur la paternité de cette œuvre. Voici ce qu’en disait Nicolas Andersen :

« […]. Sans être la première œuvre à avoir été écrite pour flûte traversière solo – Hotterre, à Paris, a déjà fait une incursion en ce domaine – cette « Partita » est sans doute la première du genre en Allemagne. Dix ans s’écouleront avant la parution des douze « Fantaisies » de Telemann, et plus encore, bien sûr, avant celle de la Sonate non accompagnée de C.P.E. Bach. Cette suite de danses de Bach en quatre mouvements est remarquable de par la douceur expressive de ses inflexions et la grâce de ses mouvements. Si l' »Allemande » initiale relève fortement du caractère libre et improvisé du prélude, la « Corrente » est rythmiquement plus proche de la danse. La « Sarabande » fait preuve d’une grande diversité expressive, parfait exemple, sans doute, de cette capacité de Bach à créer ce qu’Alfred Einstein appelle « une écriture mélodique et tendre » à partir des ressources instrumentales les plus limitées. La « Bourrée Anglaise » est des quatre mouvements celui qui se rapproche le plus de la danse, concluant cette « Partita » de manière enjouée. […]. »

Extrait des Notes rédigées par Nicolas Andersen dans une traduction de Josée Bégaud.

Cette pièce est construite comme une Suite de danses en quatre mouvements :

  • Allemande
  • Courante
  • Sarabande
  • Bourrée anglaise

Nous vous proposons d’écouter différentes versions de cette œuvre car c’est une démarche intéressante et formatrice qui permet de :

  • s’imprégner de l’œuvre dans sa globalité
  • développer son sens critique
  • trouver l’inspiration pour sa propre interprétation

Dans les cinq versions ci-dessous, vous entendrez de grandes différences d’esthétique, de tempo, d’articulation … C’est cette diversité qui est intéressante parce qu’elle va vous permettre … de proposer votre propre version, si vous travaillez cette pièce. Car il n’y a pas UNE version qui soit LA bonne version. C’est là tout l’intérêt de la musique : certaines pièces sont jouées depuis des siècles et elles inspirent toujours autant les artistes, qui en donnent parfois plusieurs versions tout au long de leur existence. Alors… écoutez les autres musiciens et… osez créer votre propre version de la Partita 😉 !

La version de Barthold Kuijken :

Il s’agit d’une interprétation au traverso, l’ancêtre de la flûte traversière moderne. C’est pour le traverso que la Partita a été écrite, il est donc particulièrement intéressant d’écouter des versions sur cet instrument d’époque et de s’en inspirer (pour l’articulation, l’ornementation etc). Cet enregistrement est tiré de l’album : « Solo pour la flûte Traversière » de BARTHOLD KUIJKEN, un des plus grands spécialistes actuels du baroque et du traverso.

La version d’Aurèle Nicolet

AURELE NICOLET était un grand flûtiste et pédagogue suisse du milieu du 20ème siècle. Il a été le professeur d’Emmanuel Pahud (voir la quatrième version). Les tempi choisis sont plutôt rapides, même pour la sarabande. C’est un enregistrement de 1978. Il est extrait de l’album « Johann Sebastian Bach, Flöten-Sonaten » chez Archiv production.

La version de James Galway

Voici un autre grand nom de la flûte : JAMES GALWAY, flûtiste irlandais, qui a été flûte-solo à l’Orchestre Philharmonique de Berlin de 1969 à 1975 avant de se consacrer à une carrière de soliste. Son style est très différent, plus démonstratif. On aime ou on aime pas, en tout cas, il ne laisse pas indifférent… Cet enregistrement est extrait de l’Album « James Galway play Bach trio Sonatas »

La version d’Emmanuel Pahud :

EMMANUEL PAHUD fait partie des plus grands flûtistes d’aujourd’hui. Il est actuellement flûte-solo de l’Orchestre Philharmonique de Berlin, et ce depuis 1992. Ce flûtiste est une référence pour beaucoup d’autres et il est toujours intéressant d’écouter ses versions. Cet enregistrement est extrait de l’album « BACH » d’Emmanuel Pahud.

La version de Juliette Hurel

Pour clôturer cette liste non exhaustive des version de la Partita de J.-S. Bach, voici la version d’une flûtiste ! JULIETTE HUREL, flûte-solo de l’Orchestre Philharmonique de Rotterdam et également professeur au Conservatoire de Rotterdam. Cette version est extraite de l’album « Bach inspiration » .

Il y a bien sûr beaucoup d’autres versions de cette magnifique pièce qui valent le coup d’être écoutées.
Et vous, quelle est votre version préférée ? N’hésitez pas à partager avec nous, dans les commentaires, les versions qui vous inspirent !

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libres de le partager ;-)
Back to Top