Petits conseils pour entretenir son physique dans la pratique musicale

Petits conseils pour entretenir son physique dans la pratique musicale

La pratique instrumentale demande un esprit de créativité et une grande sensibilité mais elle demande aussi…un entretien de son physique ! Les contraintes techniques que nous impose la pratique de notre instrument et la répétition des mêmes gestes peuvent, à la longue, être source de douleurs… Si nous ne prenons pas soin de notre corps comme d’un instrument également, les allers-retours chez les kinésithérapeutes et ostéopathes risquent d’être fréquents ! Ce qui a pour conséquence d’imposer des périodes de repos pour un temps indéterminé, d’éventuellement nous décourager et de ralentir notre progression. Voici donc quelques conseils pour éviter bien des soucis…

S’étirer avant de jouer :

Les doigts, les poignets, les bras, la nuque, … de nombreuses parties du corps sont sollicitées lorsque l’on joue de la flûte traversière et il est important de les échauffer avant de jouer. C’est une routine que l’on néglige souvent et qui, pourtant, peut éviter bien des désagréments… Quelques minutes pour masser les doigts, chauffer les poignets, étirer les bras, assouplir la cage thoracique et échauffer la nuque, rendent la séance de travail plus efficace, plus confortable et évite des douleurs qui surviennent bien souvent une fois la séance terminée et les muscles refroidis.

💡Idée lecture : « L’entrainement physique du musicien » de Jaume Rosset Llobet et Silvia Fabregas Molas.

S’hydrater :

Les tendinites, fréquentes chez les musiciens, sont souvent liées à un manque de liquide : eau, tisane, rooibos (thé, café, boissons sucrées n’hydratent pas assez). C’est une habitude facile à prendre, et qui sera aussi bénéfique pour votre santé en général. D’ailleurs, pour ce qui nous concerne, une grande théière de tisane nous accompagne à chaque séance de travail avec notre quatuor…

Recette tisane énergisante 😉 : faites infuser pendant 10 minutes un mélange de romarin, menthe poivrée et écorces d’oranges.

Travailler plus souvent et moins longtemps :

Que ce soit pour mieux apprendre ou pour se préserver physiquement, il est plus utile de travailler sur plusieurs périodes courtes (30 minutes environ) en étant concentré et puis de se reposer physiquement, et mentalement. Organiser un plan de travail est un excellent moyen d’optimiser son temps de travail et d’augmenter son efficacité. Travailler plus souvent favorise la mémorisation corporelle et rend les séances de travail plus profitables.

Pratiquer une activité sportive :

La pratique sportive permet de détendre et de faire travailler d’autres groupes de muscles que ceux qui sont toujours sollicités par la pratique musicale. Il ne s’agit pas de devenir sportif pour pouvoir jouer de la flûte, mais plutôt d’être (ou devenir :-)) tonique. L’entretien de la souplesse est aussi très important. En effet, même si la musique est une activité cérébrale, la pratique instrumentale est aussi une activité physique : il n’y a pas de déplacements mais nos muscles sont sollicités de manière répétée, sur de petits mouvements ! Et garder la position qu’exige notre instrument, pendant plusieurs minutes, voire plusieurs heures d’affilées, peut être éprouvant si on manque de souplesse et de gainage (yoga et Pilates, par exemple, sont excellents pour s’entretenir).

Soins des lèvres et de la bouche :

Lèvres gercées, boutons de fièvres, aphtes, maux de dents peuvent être gênants pour jouer de la flûte. Il est donc important de prendre soin de toute cette zone (bouche, lèvres, dents). Protégez vos lèvres des gerçures : il faut les hydrater et les nourrir régulièrement avec un baume à lèvre (après la séance de travail) pour éviter le dessèchement.

Si vous êtes sujet aux boutons de fièvre, vous pouvez appliquer rapidement un patch (en pharmacie). Si c’est pris à temps, et en fonction de la localisation de l’herpès, vous pourrez quand même jouer.

Les aphtes dans la bouche et sur la langue sont très gênants. Ils peuvent apparaître en cas de stress, comme les boutons de fièvre, ou si on se mordille la langue et les joues. Certains aliments peuvent aussi favoriser l’apparition des aphtes : fruits secs (noix), produits laitiers (gruyère), ananas, etc. Si vous êtes sujet aux aphtes, essayez de repérer ce qui les provoque pour pouvoir ensuite les éviter.

Surveillez vos dents. Outre la douleur dentaire fort désagréable, nous avons besoin de nos dents pour jouer : l’embouchure se place sous la lèvres inférieure, contre les dents du bas. Ce point d’appui doit être stable pour former le son, et il faut donc y être confortable. Attention, le dentifrice peut assécher la bouche et ce peut être un problème lorsque l’on se produit en public ; évitez donc le brossage des dents avec un dentifrice juste avant une prestation 😉 .

Se protéger les oreilles :

Protégez vos oreilles si vous jouez en grand ensemble (harmonie, orchestre,…), si vous travaillez vos aigus, si vous jouez du piccolo etc. Jouer au sein d’un orchestre ou d’un grand ensemble, sentir les vibrations que produit la musique et faire partie de ce son est une expérience incroyable, vous le savez peut-être. Mais le volume (sonore) éprouvé peut être très élevé. Surtout si vous êtes proche de certains instruments particulièrement sonores….Il est judicieux de vous protéger les oreilles avec des boules quies ou des protections auditives moulées sur mesure.

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libres de le partager ;-)
Back to Top